L'altérité au cœur de l'expérience artistique
Après avoir créé « Fukushima, après la pluie » en 2018, nous nous sommes immergés dans une nouvelle création, à la croisée de l'écriture, de la musique, de la vidéo.

Cette création met en scène l’histoire de personnages, fondamentalement différents, partant à la conquête d’un idéal pressenti dans leur for intérieur.
Notre réflexion artistique explore une aventure où l’on doit arborer des sentiments véhéments, empreints d’amour et d’audace, nécessaires à l’obtention du sérum émancipatoire, et ainsi se défaire d’un monde assujetti.

Une fiction qui se déroule à la fois dans des univers urbains et de grands espaces naturels, et met en exergue l’application d’une violence sourde et sournoise appliquée de tout temps, mais laisse également percevoir un air chargé d’espoir, brassé par les ailes de la Conscience .

Musique

La musique tient une place prépondérante dans la création, elle fonde avec le texte, le socle sensoriel et le moteur du véhicule émotionnel.

Composée spécialement pour la création « Lignes de fuite », elle est jouée en direct sur scène (clavier/chant) mais s'enrichit aussi de séquences audio. Un vaste champ sonore qui s'imbrique dans l’œuvre scénique et qui crée toute une synergie avec la voix parlée.

Visuel

L’usage de la vidéo viendra en appui de certaines scènes.
Il s'agit de souligner le propos en ouvrant une fenêtre à l’intérieur du volume scénique et d’élargir ainsi l’espace sensoriel du spectateur.
Des séquences illustratives viennent amplifier un détail ou le souligner, agissent comme des notes de bas de page, ou comme des éléments de décor alors que quelques séquences performatives avec des images saisies en direct sur scène permettent de créer avec force le présent de certains personnages.

Un projet artistique et interculturel : L'originalité du multilinguisme 

Comme il a été évoqué ci-dessus, la thématique explorée dans le récit repose sur la question de l'altérité, la relation à « l'Autre ».
Alors en cohérence avec notre thématique, en prolongement de notre propos artistique, notre intention est de réaliser un projet d'ouverture, un travail de co-création centré sur la dimension de l'interculturalité.
De ce fait, entrer en interaction avec des codes, des langages et des références culturelles multiples, lors des périodes de résidences artistiques, représente le cœur de notre démarche artistique.

 

Nous concevons ce projet dès le départ comme une création en deux ou trois langues. Il ne s'agira pas, comme souvent, d'un spectacle traduit avec des écrans pour afficher le texte dans la langue cible.
Nous souhaitons envisager le multilinguisme de « Lignes de fuite » comme l'essence même du projet.

Pour la première version de « Lignes de fuite », c'est l'allemand qui a été choisi. En effet l'allemand permettra une diffusion en Allemagne, Suisse, Autriche, des pays proches de la France mais le début de cette pièce se passant à Berlin, la langue allemande semblait une évidence. 
Dans une seconde phase « Lignes de fuite » partira sur une version norvégienne en 2020.
Nous souhaitons donc, que ce multilinguisme permette une interculturalité, construise des passerelles d'une culture à l'autre, des échanges, conduise à la rencontre d'artistes des pays visés qui deviendront co-constructeurs de la création.

Les enjeux impliquent naturellement une constante recherche de compréhension, de traduction, et une relation d'interconnaissance avec nos futurs partenaires étrangers.

L'intervention des comédiens allemands et norvégiens se traduira par des voix off enregistrées, le tournage de séquences vidéo projetées durant le spectacle, voire une présence scénique selon les possibilités dans chacun des pays.